La saga Sony Bravia

octobre 4, 2007

by — Posted in Zoom

2005, les baballes déboulent.
2006, l’explosion de peinture.
2007, les lapinoux multicolores.

Zoom sur la saga Bravia de Sony dont le troisième volet va inonder les écrans publicitaires du monde entier très prochainement.

De la couleur et des effets spéciaux plein les yeux !


C’est donc en 2005 que le premier spot de cette saga colorée fait son apparition sur le petit écran. L’idée est simple : balancer 250 000 balles de différentes couleurs du haut d’une rue typique de San Francisco, aux USA. Filmée en slow motion, la pub, réalisée par Nicolai Fuglsig, est habillée par la bande son de Heartbeats de José González.

Bravia / Sony. Agence: Fallon London
Première diffusion en France : Novembre 2005

Le making of :

Ce qu’on sait moins, c’est que l’idée a été piquée à un délire du Late Show de l’excellent David Letterman.

En 2006, ce sont quelques immeubles d’une cité de Glasgow en Ecosse qui ont été littéralement bombardés de 70 000 litres de peintures.

Le tournage a duré 10 jours et employé 250 personnes. La peinture a été livrée dans d’énormes conteneurs plastiques de 1 000 litres chacun. Une peinture à l’eau spéciale, non toxique a été utilisée. Facile à nettoyer, elle est sans danger pour la peau et peut même être bue (elle contient les mêmes épaississants que ceux utilisés dans certaines soupes).

65 % de l’équipe de production qui comptait 180 personnes sur le plateau était composée des habitants de la ville. 300 personnes en tout ont participé au tournage du clip qui a impliqué 6 caméras, 1 caméra Photosonics (à grande vitesse) et 1 hélicam (hélicoptère radiocommandé), le tout sous l’œil de la caméra de Jonathan Glazer.

4 grues de 120 tonnes ont servi à installer les barils (remplis de peinture) et à les suspendre là où ils devaient exploser. 5 000 mortiers (explosifs) ont été utilisés. La conception du spot a requis plus de pyrotechnie que les 15 premières minutes de « Il faut sauver le soldat Ryan ». 300 paires de rideaux de différents tons, motifs et styles ont été posées aux fenêtres de l’immeuble pour qu’il ait l’air habité.

Le terrain de jeux d’enfants que l’on voit dans le film a été installé spécialement pour la pub. Des tests ont eu lieu pendant plusieurs semaines pour comprendre comment faire exploser les barils afin d’obtenir les meilleurs effets, le tout sur l’énergique Ouverture de La Pie Voleuse de Gioacchino Rossini.

Bravia / Sony. Agence: Fallon London
Première diffusion en France : Novembre 2006

Le making of :

2007, nouvelle folie colorée de Sony avec cette fois un film réalisé entièrement en stop-motion par Frank Budgen et qui a nécessité pas moins de 2 500 tonnes de pâte à modeler, 40 animateurs qui ont travaillé 4 heures pour 4 secondes d’images, 3 semaines de travail, 189 lapins de 60 cm, 150 cubes de 30 cm, 1 vague de 6x3m, un lapin géant de plus de 9 mètres et 6 caméras.

Le teaser :

Voici le résultat illustré par She’s a Rainbow des Rolling Stones.

Bravia / Sony. Agence: Fallon London
Première diffusion en France : Novembre 2007 ?

Remerciements : Advertising & Trips

Edit (08/10/2007) : Décidément, l’agence Fallon et la société de production Passion Pictures à l’origine du dernier spot semblent avoir comme une sorte de manque d’imagination puisqu’il semblerait qu’ils se soient une fois de plus « inspiré » d’une oeuvre existante, en l’occurrence celle de Kozydan, un couple d’artistes américain, mariés à la ville.

Etrangement, Passion Pictures aurait contacté les deux membres de Kozydan il y a environ 2 ans pour leur demander… des échantillons de leur travail. Entre autre, ce panoramique et l’œuvre ci-contre, un tableau retravaillé de Katsushika Hokusai (Behind the Great Wave at Kanagawa, 36 Views of Mount Fuji) et dont l’écume représentée avaient été remplacée par des lapins. Par la suite, le couple n’a plus jamais eu de nouvelles.

Troublant, non ? 🙂

Source : Gizmodo

2 réflexions sur « La saga Sony Bravia »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.